Effrayante réflexion sur le pouvoir 4.0

Un roman captivant, où Dave Eggers dresse un portrait de la société connectée de demain. Il nous offre sa vision sur les dangers des dérives des réseaux sociaux, d’Internet et plus généralement sur la puissance du Big Data et des détenteurs du pouvoir numérique.

Tout commence lorsque Mae Holland décide de quitter son travail du secteur public, pour rejoindre la plus prestigieuse des entreprises 4.0 du monde. « Tout la rendait malade. Les parpaings verts. La fontaine à eau. Les cartes de pointage. Les certificats de mérite. Et les horaires ! Neuf heures dix -sept heures littéralement. Tout dans ce travail sortait d’un autre temps, un temps à juste titre révolu » 
Elle n’aurait jamais osé postuler dans une entreprise aussi influente, sans les encouragements et l’aval de sa précieuse amie de fac Annie, cadre supérieur au Cercle depuis 4 ans.
Basée en Californie, « Le Cercle » est à l’image des entreprises comme Google, Facebook, WhatsApp et Amazon réunis. Une sorte de matérialisation du « BIG DATA »; locaux grandioses, larges espaces verts, salles de sport, dortoir, matériels derniers cris ; c’est au sein de cet immense campus que Maé va évoluer à sa manière au fil des jours, des projets et de ses rencontres.

L’EMPRISE

A la fois douce et naïve, il est difficile de ne pas s’attacher à Maé Holland. Ça Le Cercle l’a compris dès la première seconde et réussira petit à petit à la formater pour en faire son égérie. Tout au long de l’œuvre nous assisterons à une emprise progressive du Cercle sur elle. Tout y passe : ses convictions, son temps libre, ses rapports avec sa famille et ses amis… A la manière d’une secte, chacun des pères fondateurs manage le bon équilibre INNOVATION / BIEN-ETRE de chacun des membres, et garde ainsi le contrôle. Tout est fait pour leur faciliter la vie et les rendre dépendant. Une manière de leur laisser un maximum de temps pour développer, créer et tester de nouvelles idées : Une alchimie qui s’avère garante du succès révolutionnaire de l’organisation.

 C’est ainsi que Maé va se laisser porter jusqu’à ce qu’elle devienne le liant des différents projets numériques aux technologies révolutionnaires, et le lien avec le monde extérieur. Elle devient alors le messager, la porte-parole, elle est la personne qu’on aime, qui rassure, qu’on a envie de suivre et à laquelle on aime s’identifier.

Régulièrement rattraper par ses démons incompatibles avec Le Cercle, mais qui constituent son adn (ses désirs d’évasion, de liberté, de simplicité, d’authenticité, de mystère), Maé va se retrouver dans des situations où elle aura des choix à faire entre qui elle est et qui elle souhaite devenir. Comment va évoluer Maé, quel va être son rôle face  à ces puissantes industries de la données ?  Pour le savoir je vous recommande vivement de dévorer cette œuvre qui se lit très bien, sans temps mort et qui nous tient en  haleine jusqu’aux 2 dernières pages !

ADDICTION OU MALEDICTION ?

Fondé sur la transparence, la convivialité, le bien-être et le partage, Le Cercle se veut une véritable caricature du monde numérique d’aujourd’hui et d’un futur proche. Véritable leurre à taille humaine, il est le meilleur appât pour attirer les plus talentueux du 4.0, les mettre à contribution et exploiter leur savoir pour créer progressivement un monde qui appartiendra à ces gestionnaires de la data, et dans lequel chacun d’entre nous finira esclaves des doctrines du numérique.

Nous nous retrouvons face à une parfaite contradiction ; une communication anti-communicante. Avec d’un côté les nouvelles technologies qui se veulent facilitatrices d’échanges – et de l’autre côté la simple image de l’homme isolé face à son écran d’ordinateur, qui va créer son univers virtuel complètement fictif : basé sur des nombres de Likes – de commentaires – de connections et smileys.

Au l’heure où les initiatives collectives se multiplient, où les gens en ont marre des échanges anonymes sur les réseaux sociaux, marre de toutes ces discussions à sens unique, ce roman tombe à pic. Il fait réfléchir sur ce que nous sommes prêt à accepter et à quel prix. A quel niveau l’être humain peut-il perdre tout discernement. Et à quel moment cela devient néfaste pour lui et son entourage. Une addiction qui fourvoie l’être humain et la cantonne à rester derrière un écran d’ordinateur. Est-ce ça la vie de demain ?

Une fois que vous aurez lu ce roman, vous ne contacterez plus l’assistance Apple de la même manière, et vous vous y reprendrez à deux fois avant de répondre à l’enquête de satisfaction de Amazon Premium ! Bonne lecture.

Extrait Page 273 :

 « Tu sais ce que je pense, Mae ? J’ai l’impression que tu crois qu’il te suffit de rester assisie à ton bureau, à envoyer des émoticônes toute la journée pour vivre une vie fascinante. Tu commentes les choses, mais en attendant tu ne les fais pas. Tu regardes les photos du Népal, tu cliques sur un smiley, et tu crois que c’est comme si tu y étais allée. Enfin qu’est ce qui se passerait si tu allais vraiment là-bas ? tes putains de scores de merde s’effondreraient et ton niveau serait inacceptable ! Mae, est-ce que tu te rends compte à quel point tu es devenue emmerdante ? »

 

En quelques mots, quelques situations : Ça fera TILT « LE CERCLE » :
DERECHEF (utilisé plus de 10 fois dans les 500 pages)
OPINER DU CHEF, (idem… Merci les traducteurs !)
Enfin, objet d’email : « Votre avis nous intéresse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :